Accueil > Microbiote > transfert

 Transfert de microbiote ou transplantation fécale

 

   Plusieurs nouvelles études ont paru fin 2014 et début 2015 concernant ce nouveau traitement assez fascinant : le transfert de microbiote. Il s'agit d'implanter un microbiote humain issu de personne(s) saine(s) chez un malade. Quelles maladies ?

 

   Pour commencer, les malades atteints d'infections chroniques gravissimes à Clostridium difficile, une complication intestinale des traitements antibiotiques. Les infections à C. difficile sont de plus en plus nombreuses et dangereuses par le déclenchement de diarrhées intenses mettant à mal le patient (déshydratations aiguës, perte massive de minéraux, etc.) qui est très débilité : 110.000 morts par an dans le monde ! Si une thérapie antimicrobienne est assez habituellement efficace sur les symptômes aigus, plus du tiers des malades vont rechuter. La transplantation fécale améliore la dysbiose mais est très efficace pour prévenir les rechutes. Les méthodes traditionnelles de transfert de microbiote sont limitées par l'inconfort du patient, parfois par certains risques, et par des procédures inefficaces. Un certain nombre de malades ayant des rechutes de C. difficile montrent un âge avancé et des comorbidités considérables. L'utilisation à grande échelle du transfert de microbiote nécessite donc des stratégies non invasives, évolutives, et applicables aux tableaux cliniques différents.

   Dans l'étude citée en référence, on a développé une méthode facilitant ce transfert. En effet, des échantillons de selles ont été collectés et contrôlées sur les pathogènes. Les bactéries retenues ont été purifiées, concentrées, cryo-préservées et conditionnées dans des capsules multicouches. Les capsules ont été administrées aux patients montrant des rechutes de C. difficile, et on a suivi les malades pendant 90 jours.

    13 femmes et 6 hommes ont ainsi bénéficié des capsules orales. La procédure a été très bien tolérée. 13 individus ont favorablement répondu à une prise unique de traitement. 4 personnes ont été guéries après une deuxième administration. On note 2 échecs. Le taux de guérison est de 89 %, bien en accord avec les autres procédures. Ce traitement très efficace est de surcroît bien adapté aux malades fragiles. Au vu de ma longue expérience, il est fortement à supposer que l'on peut obtenir la même chose avec un apport massif de probiotiques.

 

Effectiveness of fecal-derived microbiota transfer using orally administered capsules for recurrent Clostridium difficile infection. BMC Infect Dis. 2015 Apr 17;15(1):191.


   Un cas d'infection sévère avec diarrhée après vagotomie (section chirurgicale du nerf pneumogastrique dans l'abdomen, en général pour un ulcère gastroduodénal) a été guéri par le transfert de microbiote. Le patient a déclenché son infection 4 jours après l'intervention, et on l'a traité pendant 30 jours avec antibiotiques, probiotiques, et autres thérapies "de maintien", mais rien n'y a fait. On a donc transféré un microbiote hétérologue par sonde naso-duodénale. La réponse thérapeutique est devenue effective en 7 jours et l'émission de selles s'est normalisée en 16 jours. On a noté après traitement un enrichissement considérable en bactéries Firmicutes (commensaux) et une forte déplétion en Protéobactéries. L'équipe soignante rapporte que le malade n'en revenait pas…!

Successful treatment of severe sepsis and diarrhea after vagotomy utilizing fecal microbiota transplantation: a case report. Crit Care. 2015 Feb 9;19(1):37.

   Un cas d'infection sévère à plusieurs bactéries multirésistantes aux antibiotiques a lui aussi été sauvé.

Fecal Microbiota Transplantation and the Successful Resolution of MDRO Colonization. J Clin Microbiol. 2015 Apr 15. pii: JCM.00820-15.

 

   La transplantation de microbiote a aussi été utilisée avec succès dans les cas de colite ulcéreuse. C'est une maladie difficile à traiter et les traitements habituels ne donnent pas toujours de rémission. L'étude a été réalisée sur 70 patients atteints mais sans diarrhée infectieuse associée. 38 malades ont reçu l'administration du microbiote au moyen d'un énéma (poire rectale, 50 ml de suspension de microbiotes issus de donneurs sains anonymes) l'autre groupe "témoin" de 37 personnes malades a été instillé avec 50 ml d'eau. On a administré l'énéma 1 fois par semaine pendant 6 semaines et l'étude a été faite en aveugle. La rémission clinique est apparue en 7 semaines, confirmée par endoscopie avec le score de Mayo (pour les curieux). On a recueilli des échantillons de fèces à l'entrée de l'étude et chaque semaine. 70 patients au total ont été étudiés (3 malades du groupe placebo et 2 du groupe transplanté sont sortis de l'étude). 9 patients (24 %) transplantés et 2 du groupe témoin (5 %) étaient en rémission après 7 semaines. Pas de différences d'effets secondaires entre les 2 groupes. Je vous passe les statistiques fastidieuses détaillées. Les malades ayant reçu les microbiotes ont présenté une plus forte diversité microbienne dans les selles. Enfin, si ce traitement est efficace pour cette affection, les donneurs de microbiote ainsi que les moments d'administration semblent affecter les résultats. On doit donc travailler pour trouver un bon timing !

 

Fecal Microbiota Transplantation Induces Remission in Patients with Active Ulcerative Colitis in a Randomized, Controlled Trial. Gastroenterology. 2015 Apr 6. pii: S0016-5085(15)00451-5.

 

   Enfin, des transferts de microbiote intestinaux en série modifient l'expression génétique des gènes muqueux dans les cas de colite ulcéreuse pédiatrique.

   Il est clair que cette thérapeutique d'un genre révolutionnaire mérite, comme en recommande son "créateur" à Sydney, d'être utilisée en première intention ! Les sites médicaux hospitaliers font régulièrement état de 95 % de guérison en ce qui concerne C. difficile. La coexistence d'infection à C. difficile et de maladies chroniques inflammatoires de l'intestin nécessite plusieurs transferts. Enfin, le  microbiote transféré "tient bien", il ne s'évacue pas avec le temps.

 Les indications sont, pour l'instant, les infections à C. difficile, les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (Crohn, colites ulcéreuses), les SIBO (small intestine bacterial overgrowth), les rectocolites ulcéro-hémorragiques (les résultats semblent moins bons mais peut-être s'agit-il de modifier la procédure ?), le syndrome de l'intestin irritable (pourquoi pas, mais les probiotiques… !). Un intérêt certain réside dans le traitement de Crohn associés à une infection à C. difficile.

   Les prochains candidats sont représentés par le diabète, les syndromes métaboliques, l'obésité. Des essais préliminaires ont été réalisés dans le syndrome métabolique et apparemment ça percute…!

   On a également des cas isolés guéris avec cette méthode de sclérose en plaques, de Parkinson, de syndrome de fatigue chronique, et de purpura thrombocytopénique.

   On note également des améliorations dans la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante et les sacroiléites, l'halitose, l'acné, les insomnies, et les dépressions majeures. On lorgne du côté des troubles du spectre autistique… En fait, toute maladie associée à une dysbiose.

En tous cas, la recherche en ce domaine est explosive.

Le CHRU de Lille effectue des transferts de microbiote

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Service de Gastroentérologie et Nutrition
Hôpital Saint-Antoine

184 rue du faubourg Saint-Antoine 75571 Paris cedex 12

Pr. Harry Sokol

(référent Crohn et RCH)

Tel: +33 (0)1 49 28 31 62
Fax: +33 (0)1 49 28 31 88

Effectue des transferts de microbiote en routine
pour les infections à Clostridium difficile ;
pour les maladies de Crohn,
il faut un protocole de recherche.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

HÔPITAL BEAUJON
Pr. Francisca Joly
(clostridium difficile)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

PITIÉ-SALPÊTRIÉRE
mise en place de transferts de microbiote
dans le cadre du diabète sévère
étude européenne en cours dans le
cadre des maladies cardiométaboliques
RECRUTEMENT DE PATIENTS
 les patients bénéficient d'un bilan complet gratuit
puis sont renvoyés à leur médecin traitant

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

HÔPITAL DE LA CROIX ROUSSE LYON
GASTRO-ENTEROLOGIE - PR. SOUQUET
Transplantations de microbiote pour
les infections à Clostridium difficile
référent : dr. Marielle Guillet

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

PAS DE TRANSFERT DE MICROBIOTE INTESTINAL À BORDEAUX

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

A PROPOS DU

TRANSFERT DE MICROBIOTE


Allez sur Youtube et tapez

"transfert de microbiote"



   Par ailleurs, le CDD (Dr. Thomas Borody) à Sydney "embauche"
des patients ayant une rectocolite ulcéro-hémorragique
dans ses essais de transfert.
voici le lien pour info : cliquez ici