Accueil > Microbiote > Microbiote et os

  L'os se forme et se défait à chaque instant.

Le problème, c'est qu'on détruit l'os en 3 semaines, et qu'on le refait en 3 mois. Problème !!! Qui n'a rien à voir avec le calcium : l'os, c'est un assemblage de protéines, de collagènes et d'autres protéines non collagéniques, qui vont ensuite servir de stock aux minéraux de l'organisme.

On a depuis longtemps établi qu'il existait de nombreuses interactions entre le système immunitaire et l'os. Les changements dans le renouvellement osseux et la masse osseuse associée à l'ostéoporose post-ménopausique, les altérations osseuses apparaissant au cours des situations inflammatoires (ex : l'arthrose), tout cela implique fortement les cellules immunitaires et leurs cytokines (hormones que les globules blancs fabriquent).

Le microbiote intestinal est un orchestrateur important des fonctions du système immunitaire, il est capable de monter une réponse immune en modulant des réponses pro-inflammatoires immédiates à court terme, et adaptatives en mémorisant à long terme.

Ceci assure qu'une réponse protectrice appropriée est élaborée envers les pathogènes, tout en prévenant les réponses dangereuses inflammatoires envers les germes symbiotiques qui nous veulent du bien et vivent en paix avec nous. Il n'est pas surprenant que les animaux germ-free (GF) aient un système immunitaire intestinal immature : ils n'ont pas de microbiote intestinal. Ce sont évidemment de pauvres petites bêtes de laboratoire...

L'article cité en bas en référence démontre que les souris GF (sans microbiote donc) ont une masse osseuse augmentée par rapport aux souris conventionnelles ! L'effet ostéo-protecteur est associé à une réduction du nombre des ostéoclastes dans l'os trabéculaire, et à une diminution des précurseurs de lymphocytes CD4+ et d'ostéoclastes dans la moelle osseuse.

L'ostéoclaste, comme dirait le capitaine Haddock, c'est un macrophage - un globule blanc gourmand - qui est spécialisé dans la grande bouffe des cellules osseuses usagées. La cellule osseuse, elle, fabrique des protéines de l'os, celles-ci sont excrétées hors de la cellule et s'organisent en travées pour assurer résistance et flexibilité relative de ce que l'on appelle communément un os. Sacré nom  d'une pipe.

Quoiqu'il en soit, les changements de masse osseuse ne peuvent pas être expliqués par une altération du métabolisme du calcium ou des taux sériques de sérotonine, ce qui a été antérieurement rapporté pour avoir un effet négatif sur la formation osseuse. Eh oui, la sérotonine élaborée par l'intestin ne passe pas dans le cerveau à travers la barrière hémato-encéphalique, elle reste en dehors... pour y effectuer pas mal de choses en vérité.

Les changements observés sont la conséquence d'un état immunitaire modifié chez ces souris. De plus, l'expression de la cytokine lymphocytaire CD4+ TNFα est diminuée dans l'os, l'intestin et la moelle osseuse ; les auteurs proposent donc que c'est la diminution des CD4+ sécréteurs de TNF et des précurseurs des ostéoclastes qui sont responsables de la diminution de la destruction de l'os chez les souris GF. Logique.

Les lymphocytes porteurs de la molécule CD4, à quoi on les reconnaît, sont appelés "helpers", "auxiliaires", ou plus justement "chef d'orchestre" de la réaction immunitaire. Ce sont eux qui informent, orientent et adaptent une réponse immunitaire graduée et spécifique.

Soulignant le fait que c'est la perte de microbiote intestinal qui contribue à un tel effet, la colonisation des souris GF par un microbiote normal normalise à la fois les CD4+ et les précurseurs des ostéoclastes, et la masse osseuse. Tout cela mis bout à bout, montre clairement que le microbiote a parfaitement son mot à dire dans la régulation de la masse osseuse.

Notons toutefois, qu'est-ce qu'un microbiote normal de souris ? Personne à l'heure actuelle ne peut le dire. On pourrait juste en déduire que c'est la présence de bactéries qui déclenchent un peu d'inflammation, donc de molécules activant la destruction osseuse !

Au vu de tous les résultats de recherche concernant les effets du microbiote intestinal sur l'être humain, et particulièrement sur l'os, on devrait en toute logique (à défaut d'intelligence) bourrer le lait de probiotiques, et non plus vanter le calcium-panacée à tout va, qui ne fait pas sa preuve, qui devient tellement rétrograde, même pas vintage ! Téléphonez à Nestlé et Danone pour vous faire plaisir. Mais croyez moi, ils en savent bien plus long que nous…

Enfin, si vous croyez encore que les vaches qui produisent jusqu'à 50 litres de lait par jour, fabriquent encore du … lait … ou bien un liquide devenu complètement inadapté à l'homme, et surtout inadapté à notre microbiote ! 

Ne vous réveillez surtout pas, bande de consommateurs bovins, on s'occupe de vos maladies ! Tant que vous ne comprenez pas que l'industrie agro-pharmaceutique fait pression à tous les étages sur les instances politiques et décisionnelles… vous serez des moutons à tondre encore et encore ! Evidemment, à ce stade là, on peut préférer le lait de brebis… Chers amoureux de l'intestin, n'oubliez jamais que le patron, le chef de votre vie, c'est vous et ça reste toujours vous en toutes circonstances.

Enfin, il faut bien voir que ces études à tout va sur le microbiote intestinal sont certes passionnantes, mais ne verraient jamais le jour si les investisseurs-spéculateurs n'y mettaient pas l'espoir de trouver matière à déposer des brevets sur telle ou telle technique ou proposition de traitement en découlant !


The gut microbiota regulates bone mass in mice

       Daniela Riccardi and Sarah Brennan, University of Cardiff, UK. F1000 Diabetes & Endocrinology 25 Apr 2012