Accueil > Humeurs

Au fil des jours

au fil des jours,

c'est un peu rose ou indigo,

billet d'humour ou pas

réflexions intestines

ou délires de la tripe,

l'important est de prendre soin

des plaisirs intestins !


ENJEUX DES PROCHAINES ANNÉES DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ

   On ne peut pas aborder ces questions sans mettre en relation plusieurs caractéristiques du monde d'aujourd'hui, à savoir la mondialisation totalitaire du commerce sans cesse plus prégnante, le réchauffement climatique, le vieillissement des populations et l'expansion démographique. Ajoutons qu'actuellement la recherche biomédicale est faite pour les riches par les riches, seulement 10 % des fonds mondiaux sont alloués à 90 % des maladies des pays pauvres. L'efficacité des solutions de santé sera d'autant plus efficace qu'elle s'attaquera aux causes primordiales de la morbidité. Actuellement nous sommes submergés par les conséquences de non-choix décisionnels en amont : médecine de réparation, et médecine des conséquences ; augmentée de la médecine des vieux, des pauvres, des pauvres vieux en progression constante.

   Dans cette voie, le bateau a déjà coulé, c'est irrattrapable : nous avons donc un besoin énorme et impérieux de prévention. Mais il n'en reste pas moins que la population elle même représente un frein important, car à l'époque de la consommation, l'injonction préventive est synonyme de frustration, et celle ci est vécue comme insupportable. Ceci est vrai pour les pays américanisés.

   La société mondiale devenant chaque jour de plus en plus inflammatoire, il faut agir en priorité sur les pollutions et l'alimentation. La société du surimi, des pâtes à tartiner et des sodas, bref la société de l'hypermarché produit une pandémie d'obésité qui entraîne avec elle diabètes, cancers et maladies cardio-vasculaires jusque dans les contrées les plus reculées. Dans ces affections de mal-nourris on observe fatalement des défaillances immunitaires, ce qui permet l'expansion de maladies infectieuses : reste donc à redécouvrir et à découvrir d'autres thérapies anti-infectieuses non antibiotiques (phagothérapie, etc.) et qui sont très peu coûteuses. Dans ce domaine, la recherche sur les microbiotes me paraît absolument essentielle et porteuse à court terme d'une vraie rupture de paradigme en sciences biomédicales.

   Enfin, dans les pays pauvres, émergents ou carrément grabataires, globalement il n'y a d'argent que pour la corruption, la guerre et le pillage des matières premières. Quand le président d'une ploutocratie africaine se fait construire son autoroute pour se rendre de son palais à son aéroport, on réalise qu'Ebola a encore de très beaux jours devant lui...

   L'accès à l'eau, la lutte anti-infectieuse, l'éducation à l'hygiène de base… tout est à faire !