Accueil > ENFUMANCE ! > Ras le bol

 Hulot, un humain !

   C'est vrai que Nicolas Hulot est consistant ; mais surtout très humain. Il a donc définitivement et mortellement poignardé le Camembert dans le dos, l'humain contre la froideur. Il a gardé la tête raisonnable ; en surface du moins. Je comprends l'amertume et la colère sourde qui l'habite ; à mon avis, il en veut à mort au gouvernement Camembert, parce que son émission le démolit de bout en bout. J'ai été observateur de son non-verbal qui en dit bien plus long que son discours. C'est un Hulot nerveux, assez excité, en permanence sous contrôle en tous cas, et avec des tics : ça le démange de dépecer le Camembert mais il arrive  à se contenir en surface. Bravo ;  mais il a la haine, et pour avoir frotté du milieu politique et de ses enculeries, je le comprends parfaitement dans cette hypothèse. Il y a des choses auxquelles on assiste qui vous révulsent très durablement. Cependant, Hulot a 8 véhicules polluants chez lui, et franchement, il ne fait pas de politique tout en en faisant mais en n'en faisant pas mais en parlant dans une émission appelée "C POLITIQUE"... L'écologie, ça paie bien...

   Qui a programmé l'émission Hulot ?

   Il aurait simplement pris son téléphone et demandé un 21 h sur France 2 ? J'en doute énormément. Je pense plutôt qu'on (pas lui) a organisé stratégiquement l'émission. Je suis près de penser que c'est la REM qui fait sécession avec son Camembert. Pour dire tout cru, les rats commencent à flipper et à quitter le navire. C'est logique ; les députés de la majorité n'ont pas le droit de s'exprimer sauf à soutenir le Camembert, comme des galériens enchaînés ; mais certains ont un prurit si intense qu'ils l'ouvrent quand même. Vite réprimés, d'ailleurs, mais le fait existe. Mais moi aussi, et je l'ai vécu, car l'élu aime son pognon comme tout le monde.

   Qui sont les députés LaREM ?

   De nouveaux riches, de la classe moyenne supérieure, des entrepreneurs, des financiers ou apprentis-financiers, des petits PDG avides et ambitieux. En tous cas, pas des ouvriers ; même hautement qualifiés. Ce sont tous des bel et bien diplômés, pas vraiment des sans dents, n'est-ce-pas ? Ils ont accédé aux privilèges des élus, et se sont bien informés avant ; ne me dites pas que c'est faux : j'y étais et je l'ai vu (on ne me l'a pas raconté), et maintenant ce n'est même plus un débat : tout le monde le sait. Ils ont des privilèges et des passe-droit solides.

   Ne parlons même pas des sénateurs... leur prime charbon tiens ... cherchez... C'est proprement écœurant. Et d'ailleurs cet été, les députés se sont grassement augmentés tous seuls (sans compter leur auto-augmentation de 10 % l'an dernier passée inaperçue) : + 10 % au minimum pour tous les ministères, avec un pompon de 27 % pour Miss Schiappa, au motif (vu à la télé à 6 h 10 sur LCI ou BFM je ne sais plus) qu'ils travaillent beaucoup... soit 1000 €/mois en plus. Bien entendu, absolument non imposable. Que voulez-vous, devant ça, on sort sa machine à baffes. Ce sont des pourris, il n'y a pas d'autre mot. La solidarité française remontée des marcheurs, heu, mon cul, mes Camembertins et Camembertines !

   Mais les députés commencent à avoir la pétoche ; ils voient et entendent ce qui se passe dans leur localités, officines et réseaux d'influence ; ça ne sent vraiment pas bon cette fois ; et on commence à les cibler sur internet avec leur adresse postale... Là évidemment ils commencent à mouiller la chemise... mais de stress. Ça change de plan, on ne craint plus pour sa réélection, mais pour ses fesses... et bizarrement, ça ne motive plus pareil !

   Donc, nous les élus de la majorité minoritaire, envisageons de couper les chaînes afin de ne pas couler avec le Camembert ! Procès d'intention ? Pas du tout : réflexe humain, de toutes les époques, de toutes les civilisations, et de tous les territoires. On tente de sauver ses fesses, et basta pour son Camembert. Les humains ont toujours fait ça depuis des millénaires. Si on n'arrive pas à tuer le peuple, alors on tue le chef et on recommence la même chose sous des airs temporairement différents. Les fanatiques deviennent alors à leur tour des ambitieux, recrutant à nouveau de nouveaux fanatiques parmi les ignorants (la multitude de la base). Vous pensez que je délire ; je l'ai simplement appris en franc-maçonnerie, par ce qu'on me l'a enseigné alors que je n'avais rien demandé. Pour de nombreuses raisons qui ont fini par me révolter, j'ai quitté ; on parle si peu de ceux qui quittent les loges. Ils sont très nombreux à être déçus ou révoltés. Mais chut, les obédiences recrutent sur les ondes de France culture... Évidemment, il y a beaucoup de déserteurs...

L'enfumage délicieux de la transition vertueuse écolo-énergétique

   Prenons l'hypothèse (qu'on veut nous vendre) d'une France "verte", sans aucune pollution d'origine fossile, pleine de voitures silencieuses électriques. En somme, le français tellement vertueux et écologique ; mais en aucun cas non polluant... ça c'est vraiment une autre planète ! Rouler électrique ça n'empêche pas le sixième continent du plastique.

   Bon, admettons que la France n'émette plus qu'une fraction insignifiante de polluant carboné. Soit.

   En terme de réchauffement mondial, ça représente quoi ???

QUE DALLE !

PEANUTS !

   Pensez vous vraiment que l'exemple moral écologique d'une "France verte" va contaminer, culpabiliser, changer le reste du monde ? La guerre économique est totale, partout, à notre propre porte, sur notre trottoir, elle fait flèche de tout bois et n'a cure des populations. Les pertes humaines non seulement ne comptent pas, mais juste elles n'existent même pas !

   On voudrait nous faire croire que rouler électrique ça va sauver la planète...

   Alors imaginons, toujours, que nous roulons tous en voiture électrique par sursaut spirituel... Où recharge t'on les voitures ? Cherchons, camarades.

   Alors imaginons, toujours, que nous rechargions tous nos véhicules. Qui va fournir l'électricité ? Les éoliennes ? les panneaux solaires ? la géothermie ? la marée-motricité ? les barrages hydroélectriques ? Rien n'est prévu ni engagé. Autrement dit, c'est seulement le nucléaire qui peut assurer le rendement électrique pour l'instant. Puisqu'on ne fait rien à côté... C'est un problème absolument crucial ; entend-on une vision stratégique (c'est-à-dire à long terme) du gouvernement ?

   Mais on voudrait fermer les centrales nucléaires parce que les effluents/affluents polluent pour des milliers d'années ; rectification, ça tue. En 1945, l'énergie nucléaire a été utilisée, non pour assurer l'industrie américaine en électricité, mais pour tuer. Souvenons nous-en, quand même.

Transition écologique : argument économique hélas corrompu

   Je reprends l'hypothèse, la France roule en voiture et/ou en camion (là c'est pas gagné) électrique. Faut donc fabriquer des batteries en monstrueuse quantité. C'est-à-dire piller les sous-sols des pays qui se laissent faire ; c'est-à-dire les pays dont les gouvernants, qui ont si peu le souci de leur population (je ne dis pas peuple, car le peuple n'appartient à personne), sont achetés (ça s'appelle corruption d'état) pour laisser les multinationales (ou les nationales) de tous pays exploiter et appauvrir leur sol et leurs richesses. On envoie beaucoup d'argent aux dirigeants africains qui évidemment se dépêchent de ne pas répercuter les sommes vers leurs populations, mais assurent leur train de vie et leur pérennité en achetant armes et mercenaires, tout en construisant une route dans le désert entre leur palais et leur aérodrome privé. 90 % des sommes allouées au développement des pays africains n'arrivent pas à la population : on le voit bien tous les observateurs le disent : ces pays n'évoluent pas, l'argent n'arrive pas à destination. Ces pays crèvent de faim, de soif, de maladie. Pour contrecarrer le stress, comme dans les ONG humano-sanitaires ravagées par la détresse humaine, on copule à tout va, comme des bonobos (réflexe ô combien salutaire) ! En fait, faire l'amour (ou faire le sexe...) n'est pas encore taxé ni imposable. Y'a peut-être une niche fiscale...

   Alors on importe les terres rares et les minéraux stratégiques (pour les ordinateurs, tablettes, smartphones, batteries, armes nucléaires, uranium, diamant, nickel, lithium, tungstène, silicium, cobalt, cuivre, or...) en détruisant les pays producteurs ; mais pourtant, les nations dites développées ont la main sur le cœur et déclarent aider les pays en voie de développement. Ben dis donc, depuis le temps qu'on les aide, et avec les sommes dédiées, ils sont encore et toujours en voie développement ? Ha, ha, ha.

   Devant cette dure réalité, on a changé le vocable : de développement, on est passé à émergeant ! On fait venir les intellos en Occidentalie pour les utiliser en les sous-payant, et ça perpétue la mise sous l'eau de la tête de ces pays. Les gouvernants africains sont tellement grassement payés par l'industrie mondiale que même à 80 ans ils se battent encore pour rester président après 6 mandatures... Je dis des bêtises, à votre avis ?

   Et puis, dans 10 ans, lorsque les batteries aux terres rares seront mortes, on en fait quoi ? On les stocke où ? On les recycle ? Motus et bouche cousue.

   Dans le milieu scientifique, au sens large, on sait bien que les brevets véritablement innovants et porteurs d'amélioration pour l'humanité sont achetés et mis au placard pour laisser vivre les profits actuels de quelques uns qui peuvent ainsi financer leurs mercenaires.

   En fin de compte, aller vers une économie non polluante et renouvelable, oui bien sûr. Mais en ce moment il est beaucoup plus prioritaire de redonner à manger à la population. On verra un peu plus tard pour le reste.

  •    Le déficit monétaire, c'est des chiffres virtuels pour des sociétés anonymes ;
  •    On a déjà par le passé purement et simplement supprimé une dette nationale (et pas des moindres) sans aucun problème.
  •    Le déficit humain, c'est 100 fois pire  : c'est de la mort qu'il s'agit.
  •    Le budget global peut attendre : ça fait 50 ans qu'il attend. Il faut reconstruire une nation d'abord, sinon la mondialisation financière va tuer tout le monde.

Carlos Goshn (shogun)

   Je n'ai vraiment aucun problème avec lui. Il doit se tuer de l'intérieur, tout seul. Imaginez dans sa tête l’infamie ultime, indépassable, du crime de lèse-majesté... Ces gens là se pensent immortels et indispensables à l'humanité. Vous avez vu sa tête ? C'est un charognard, mais en pire. C'est du non verbal qui saute au cerveau. Il ne mange pas que les cadavres : il mange les vivants aussi... et comme tout vivant il se fait manger à son tour. Ce n'est plus un humain ; que ressentez vous en regardant sa tête et son regard ? Il n'est pourtant que mortel...

   Sans aucun état d'âme, pas vu pas pris, lui est vu et lui est pris ; tant pis pour lui. Pour un peu, des pseudo-représentants français s'offusquent : comment ? 3 bols de riz par jour + de l'eau ? (c'est bon pour son cholestérol). Une cellule de 9 m2 ? Oh la la ! Et les droits de l'homme alors ? Mais de quoi je me mêle, le pseudo-français proto-européen ? Tu veux encore faire la loi dans le monde à ta sauce ? Tu vas bombarder le Japon ?

   Le vrai problème : la démographie mondiale

   Là je vous laisse élucubrer. Une espèce ultra-dominante qui détruit ses congénères et son milieu de vie, ça aboutit à quoi...

   Comme dit l'autre (cherchez), je joue du violon sur le pont du Titanic avant de couler puisqu'il n'y a plus que ça à faire (pour l'instant). Et puis mourir, comme disait Brel, la belle affaire !!!