Accueil > Actualités > Tremblement et nutrition

17/12/2015Tremblement et nutrition

Tremblement et nutrition

  Symptôme qui touche 300.000 personnes en France. Ce n'est pas une maladie, mais on peut voir associés d'autres troubles du contrôle moteur neurologique, et d'autres troubles cognitifs. C'est donc un problème important pour la population, et pour l'individu, peut-être vous, d'autant que la réponse est invariante : médicament, et pourquoi pas bien sûr. Il faut gérer le quotidien.

  Comme d'habitude aussi, c'est la mode, direction la génétique. C'est fou comme tout ce qui peut arriver dirige la pensée vers la génétique, systématiquement. Pour le coup, on a des pistes. Mais en grattant un peu, et rien qu'un peu, on s'aperçoit, tiens donc, que l'alimentation joue un rôle. Vous me direz que c'est mon obsession... Mais non, mais oui. Il existe tant de faisceaux de preuves et d'observations que la nourriture occidentale nous détruit à petit (grand) feu qu'avant de partir dans une thérapeutique symptomatique on pourrait tenter autre chose, au moins en parallèle.

  On peut dire que le tremblement essentiel touche 1 adulte sur 25 après 40 ans jusqu'à 1 sur 5 vers les 90 ans.

  Les alcaloïdes de type béta-carboline représentent un groupe de neurotoxines déclenchant des tremblements. Les animaux de laboratoire soumis des doses fortes de béta-carbolines montrent un tremblement qui ressemble au tremblement essentiel. Les volontaires humains sains soumis à de telles conditions développent aussi des tremblements réversibles. Dans cette famille à mauvaise réputation, l'harmane, soit le 1-méthyl-9H-pyrido3,4-bindole, est une des neurotoxines les plus inductrices de tremblements.

  Que se passe t-il lorsque l'on est exposé à long terme à cette molécule ? Une étude récente de l'université de Columbia trouve que ceux qui ont un tremblement essentiel ont des taux plus élevés en harmane dans le sang que ceux qui ne tremblent pas. De plus, plus les taux sont élevés, plus le tremblement est important. Les taux les plus forts sont retrouvés chez ceux qui ont à la fois un tremblement essentiel et un cancer : en effet, l'harmane est un cocarcinogène.

  Comment s'expose t'on à ces neurotoxiques ? Principalement via les viandes : vache, porc, poisson et tout spécialement les volailles. Et c'est surtout la cuisson à forte température qui produit l'harmane : grillades, fritures, barbecues.

 La consommation de viandes est-elle en rapport avec les tremblements ? Une autre étude de Columbia montre que ceux qui mangent le plus de viande ont 21 fois plus de "chances" de faire un tremblement essentiel… Pour replacer ce résultat dans le contexte, si l'on revient aux études concernant la cigarette et le cancer du poumon, fumer multiplie le risque par 14, pas par 21.

  Les taux sanguins d'harmane sont shootés en 5 minutes après la consommation de viandes. 5 minutes ? Ce qui signifie que rien n'a eu le temps d'être digéré. L'extraction rapide de l'harmane est significative d'une absorption directe depuis la bouche vers le sang. L'estomac et les enzymes de détoxication hépatiques sont shuntés. Ainsi, l'exposition est forte dans les organes périphériques tels que le cerveau. C'est une molécule liposoluble, elle est beaucoup plus concentrée dans le cerveau (qui est riche en lipides) que dans le sang. En IRM cérébrale, des taux plus élevés en harmane ont été reliés à davantage de dysfonctionnements métaboliques dans le cerveau des sujets porteurs de tremblements essentiels.

  On retrouve aussi l'harmane dans les végétaux, comme le tabac. Car l'harmane existe aussi dans le règne végétal et possède des effets IMAO : inhibiteurs de la monoamine oxydase, ce qui lui confère également des propriétés psychotropes (il existe des antidépresseurs - dangereux - qui sont des IMAO). Un blanc de poulet grillé contient environ 13 microgrammes d'harmane, et la teneur moyenne d'une cigarette est de 1 microgramme ; ainsi fumer la moitié d'un paquet de cigarettes est presque équivalent en neurotoxines à une portion de poulet. 1 poulet = 80 cigarettes ! L'harmane est produite par la combustion du tabac, (le bout incandescent atteint facilement les 300 degrés), et on en trouve également dans les grains de café torréfiés (environ 300 °C aussi). Cependant la consommation de boissons au café n'est pas reliée à une majoration du risque : il doit y avoir dans les viandes quelque chose d'autre qui augmente les risques (voir articles sur les viandes dans ce site).

  On trouve aussi pas mal d'harmane dans la sauce de soja, le tabasco, le pain grillé ; moins dans les boissons alcooliques fermentées ; mais pas dans les yaourts, le lait, les viandes crues et les poissons crus. La cuisson "à point" permet une apparition modeste d'harmane en général.

  En somme, ne pas fumer et ne pas cramer le carné. On essaie ? Ne tremblez pas… de peur ! Évidemment, on crie haro sur les viandes, c'est dans l'air du temps. Avouez quand même qu'il y a de quoi : l'hyperconsommation et la cuisson trop vive causent bel et bien des problèmes.

Mijotez, mijotez tiède, il en restera bien quelque chose de bon.


Retour à la liste des actualités